Aquitaine : Un jeune homme de 18 ans porté disparu depuis jeudi

10953716_1574768192765228_6481947572783230813_n

La gendarmerie de la Gironde a lancé un appel sur sa page Facebook, signalant la disparition inquiétante de Franchi Sullivan âgé de 18 ans. Il a quitté son domicile le 19 mars vers 19 h 30, situé dans le secteur de Parentis-en-Born, «à quelques kilomètres donc de la Gironde», précise la gendarmerie. Il a quitté les lieux à vélo et n’a pas donné de ses nouvelles à ses proches depuis.

Le signalement du jeune homme
Il mesure 1,72m, est de corpulence MINCE, a cheveux bruns courts et des yeux verts. Le jour de sa disparition, il était vêtu d’un tee-shirt à manches courtes, d’un pantalon et de chaussures vans bleu marine.
Si vous disposez d’une information concernant cette disparition, MERCI de contacter la Gendarmerie au 17.

Publicités

Haute-Savoie : deux adolescents se noient dans un lac gelé

endirect

Les deux jeunes, âgés de 12 et 13 ans, sont morts alors qu' »ils jouaient à lancer des bouts de bois sur la glace et à aller les chercher », ont précisé les gendarmes.
Le drame s’est produit à Thiez (Haute-Savoie), près de Cluses.
Deux adolescents sont morts noyés, lundi 9 février dans le lac de Thyez, en Haute-Savoie, près de Cluses, annonce la gendarmerie. « Trois jeunes JOUAIENT à lancer des bouts de bois sur la glace et à aller les chercher. C’est de cette manière que l’accident est survenu. Ils s’étaient rendus de façon autonome sur ce site, situé au milieu de la commune », ont précisé les gendarmes.

Arrivés rapidement sur les lieux, les secours, appuyés par une équipe de plongeurs, sont parvenus à remonter les adolescents, mais n’ont pas réussi à les réanimer.

Les victimes âgées de 12 et 13 ans
Selon Le Dauphiné, un troisième jeune s’est aventuré jusqu’à avoir de l’eau jusqu’au ventre pour venir en aide à ses amis, avant de renoncer et d’alerter des personnes présentes à proximité. Les deux victimes, originaires de Cluses, sont âgées de 12 et 13 ans.

Valls à Marseille alors qu’une opération de police est en cours après des tirs de kalachnikov

endirect

Des tirs ont visé des policiers dans la cité de la Castellane, lundi. Une opération de police est en cours alors que le Premier ministre est en déplacement à Marseille.

Tension à Marseille. Des tirs à l’arme lourde ont été entendus, lundi 9 février, dans la cité de La Castellane, rapportent plusieurs médias, dont La Provence. Les coups de feu ont éclaté près de la place Tartane, dans le nord de la cité phocéenne.

Manuel Valls en visite à Marseille. Ces coups de feu interviennent alors que le Premier ministre se rend dans l’après-midi à Marseille pour y parler sécurité et éducation. Un déplacement prévu de longue date, en compagnie du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Des policiers pris pour cible. Appelés sur place par des riverains après que « cinq à dix » personnes, cagoulées, ont « tiré en l’air » à la kalachnikov au bas d’une tour, les policiers ont été pris pour cible à leur arrivée. Trois véhicules, dont l’un transportait le directeur départemental de la sécurité publique, ont essuyé des tirs.

Le quartier bouclé. Une centaine de policiers ont bouclé les accès à la cité, condamnent le rond-point DEVANT ces tours bétonnées. Joint par francetv info, l’avocat marseillais Hacen Boukhelifa indique que des barrages filtrants ont été mis en place, notamment sur le boulevard Henri-Barnier. Les élèves du collège Henri-Barnier et de l’école primaire Saint-André La Castellane à proximité ont été confinés. La crèche du quartier a, elle, été évacuée, indique La Provence. Un hélicoptère survole la zone.

Sept kalachnikovs et plusieurs kilogrammes de drogue ont été saisis, a CONFIRMÉ le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

18h10 : La police est intervenue dans le quartier populaire marseillais de la Castellane après des coups de feu.

17h50 : Sept kalachnikovs et « plusieurs » kilos de drogue ont été retrouvés par la police lors de l’intervention dans la cité de La Castellane, confirme le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Des prélèvements ADN ont été effectués « afin de pouvoir procéder à l’arrestation des personnes » à l’origine de cette fusillade, indique-t-il également.

17h46 : « Les tireurs voulaient montrer qu’ils ont une puissance de feu importante. »

le délégué syndical Laurent Odye revient sur les coups de feu, qui ont éclaté ce matin dans la cité de la Castellane. « Les tireurs n’ont pas directement visé les policiers, ils ont tiré en l’air tout en les défiant du regard, indique-t-il. Les collègues n’ont pas riposté, ils ont reculé et attendu les renforts. »

17h32 : « Gardons-nous de tout triomphalisme », lâche Manuel Valls en déplacement à Marseille (Bouches-du-Rhône) au sujet du bilan du gouvernement sur la sécurité.

17h32 : Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve confirme la saisie de sept kalachnikovs et de plusieurs kilos de drogue dans la cité de la Castellane.

17h22 : Valls « Ces tirs qui ont eu lieu ce matin sont bien évidemment insupportables, inacceptables. » Marseille Castellane

17h22 : Les tirs de ce matin dans la cité de la Castellane « sont inacceptables », estime Manuel Valls en déplacement à Marseille.

17h25 : Il y a « des résultats plus qu’encourageants » sur la sécurité à Marseille, estime le Premier ministre Manuel Valls

17h09 : AK-47, c’est une kalachnikov ça non ?

17h00 : Quels incompétents ! Jamais rien de concret et d’efficace. Il faudrait prendre le taureau par les cornes avec des mesures radicales, mais ça c’est une autre affaire. Bref, pas étonnant que le FN monte en puissance.

17h00 : Valls prétend que la sécurité est une priorité du quinquennat. Alors comment expliquer la nomination puis la maintien de Mme Taubira dont la politique pénale « inquiète » les policiers par son laxisme. Comment et pourquoi ce grand écart ?

16h51 : Selon les informations du Point, sept fusils automatiques de type AK-47, deux sacs de sport avec une vingtaine de kilos de cannabis et une somme d’argent importante ont été retrouvés par la police dans un appartement de la cité de la Castellane.

16h43 : « Nous connaissons les risques que vous prenez et c’est pour cela que nous vous devons davantage de protections »

Manuel Valls termine son discours en rendant hommage aux forces de l’ordre, notamment les blessés et les morts en mission.

16h37 : « Ce sont vos résultats, ils sont encourageants (…) mais gardons-nous de tout triompalisme »

Manuel Valls explique que pour faire reculer durablement la délinquance il faut du temps et il cite les événements à la Cité de la Castellane pour montrer qu’il reste des efforts à fournir.

16h34 : « Au total, ce sont 460 personnels supplémentaires qui sont venus renforcer les effectifs »

Manuel Valls détaille les mesures prises par le gouvernement, entre création de Zones de sécurité prioritaires et augmentations des effectifs des forces de l’ordre.

16h32 : Une pensée pour manuel valls qui se félicite des chiffres de la délinquance à marseille entre 2 rafales de kalach

16h32 : Manuel Valls jamais aussi bon que lorsqu’il endosse (à nouveau) son costume de ministre de l’Intérieur.

16h36 : Le bilan du gouvernement en matière de sécurité à Marseille présenté par Manuel Valls suscite de nombreuses réactions sur Twitter.

16h37 : « Les cambriolages sont un véritable viol pour ceux qui les subissent. »

Manuel Valls se félicite de la baisse du nombre des cambriolages dans la cité phocéenne.

16h38 : « Vous avez obtenu des résultats significatifs. »

Manuel Valls félicite les forces de l’ordre pour le travail effectué qui a permis, selon lui, de faire baisser la délinquance « de façon significative ».

16h40 : « La sécurité, c’est la base de tout, c’est la première des libertés. »

Manuel Valls affirme que François Hollande a fait de la sécurité une priorité de son quinquennat.

16h25 : Manuel Valls s’exprime en ce moment à la préfecture des Bouches-du-Rhône.

15h35 : Sept kalachnikovs et sept gilets pare-balles ont été retrouvés dans un appartement de la cité de la Castellane.

15h16 : Valls « Il faut tout faire pour casser les ghettos, les murs, qui sont souvent dans les têtes, pcq sinon tout va exploser »

15h16 : Valls « j’ai parlé d’apartheid, pas pour comparer avec l’Afrique du Sud ms pcq c’est ce que ressentent les habitants des quartiers »

15h15 : Manuel Valls est arrivé à Marseille. Le Premier ministre s’exprimera vers 16 heures depuis la préfecture des Bouches-du-Rhône.

14h00 : A 14 heures, on jette un coup d’œil sur les principaux titres de l’actualité :

Une opération de police est toujours en cours dans la cité de La Castellane, à Marseille, après des coups de feu. « Des hommes armés se trouvent dans le périmètre », indique la préfecture de police.

13h22 : « La situation est tendue », assure le journaliste de France 2 Simon Ricottier, en direct de la cité de La Castellane à Marseille (Bouches-du-Rhône). Le Groupe d’intervention de la police nationale (GIPN) serait sur le point d’intervenir, précise-t-il. Des hommes cagoulés ont tiré ce matin à la kalachnikov en direction d’un véhicule de police.

12h49 : Gipn devant la castellane

12h49 : Le GIPN est arrivé sur place dans la cité de la Castellane.

12h29 :Pour l’instant aucune victime n’est signalée. France Bleu indique que les tirs visaient les forces de police. Nous vous tenons informer dans notre direct de l’évolution de la situation.

12h29 : Bonjour, y-a-t-il des victimes dans les coups de feu a Marseille?

12h16 : La police a investi la castellane

12h16 : Les élèves de st André retenus par sécurité après les tirs cité castellane

12h23 : Des coups de feu ont été tirés à Marseille et une opération de police est en cours dans la cité de La Castellane. La police protège les habitants.

11h50 : Les habitants de La Castellane attendent un feu vert des autorités avant de pouvoir sortir de chez eux. « On a entendu plusieurs coups de feu vers 10 heures et on s’est enfermé à l’intérieur, en baissant le rideau », indique une pharmacienne contactée par francetv info.

11h39 : La préfecture de police des Bouches-du-Rhône indique à francetv info que « des hommes armés se trouvent dans le périmètre de la cité de la Castellane » et que « le groupement d’intervention de la police nationale est attendu sur place ».

11h41 : Joint par francetv info, l’avocat marseillais Hacen Boukhelifa indique que des barrages filtrants ont été mis en place, notamment sur le boulevard Henri-Barnier, après des tirs à l’arme lourde dans la cité de La Castellane, près de la place Tartane. Les élèves du collège Henri-Barnier et de l’école primaire Saint-André La Castellane à proximité sont confinés « jusqu’à 13 heures minimum ». Un hélicoptère survole la zone

11h28 : Ces coups de feu à Marseille (Bouches-du-Rhône) interviennent alors que le Premier ministre est attendu dans la ville aujourd’hui et demain pour y parler sécurité et éducation. Dans une interview à La Provence, Manuel Valls annonçait sa volonté de donner « plus de moyens » à la cité phocéenne.

11h23 : Info #FranceBleuProvence Les tirs de kalachnikov à la cité #Castellane ce matin visaient des policiers

11h23 : Selon France Bleu Provence, les tirs de kalachnikov entendues ce matin dans le quartier de la Castellane à Marseille (Bouches-du-Rhône) visaient des policiers.

11h23 : Le quartier de la Castellane à Marseille (Bouches-du-Rhône) est totalement bloqué après des coups de feu, affirme France Info. Le GIPN est en route, rapporte La Provence.

Attaque contre « Charlie Hebdo » : Merkel, Cameron, Renzi et Rajoy participeront à la marche de dimanche à Paris

endirect

Les chefs de gouvernement allemand, britannique, italien et espagnol ont annoncé qu’ils défileraient dimanche dans la capitale française pour dénoncer les attentats meurtriers commis en France.

Plusieurs chefs de gouvernement européens participeront à la manifestation républicaine, dimanche 11 janvier à Paris, pour dénoncer l’attaque contre Charlie Hebdo, et les prises d’otages et meurtres qui ont suivi, à Montrouge, porte de Vincennes et Dammartin-en-Goële.

Ils seront aux côtés du président de la République. François Hollande a annoncé pendant son allocution vendredi 9 janvier au soir : « Je serai à la marche dimanche ».

Plusieurs chefs de gouvernement européens
Parmi les personnalités : la chancelière allemande, Angela Merkel, le Premier ministre britannique, David Cameron, le président du Conseil italien, Matteo Renzi, le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, le premier ministre belge Charles Michel, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président du Conseil européen, Donald Tusk, ont confirmé leur venue.

Le chef de gouvernement italien Matteo Renzi a annoncé sa participation, en français et en italien, sur son compte Twitter.

En direct – Dammartin-en-Goële : les frères Kouachi tués L’assaut a été lancé par le GIGN contre les suspects du massacre de Charlie Hebdo retranchés dans une imprimerie de Seine-et-Marne, à Dammartin-en-Goële.

endirect

Le point à 18h15 – Les deux suspects de la tuerie de Charlie Hebdo, les frères Saïd et Chérif Kouachi, ont été tués à 17 heures, lors d’un assaut des forces de l’ordre à Dammartin-en-Goële.
Chérif et Saïd Kouachi, en fuite depuis l’attaque mercredi de l’hebdomadaire satirique dans laquelle 12 personnes ont été tuées, s’étaient barricadés ce matin dans une imprimerie de Dammartin-en-Goële, à 40 kilomètres au nord-est de Paris.
L’homme que les deux suspects retenaient en otage a été libéré lors de l’assaut des forces de l’ordre. Il est sain et sauf.
Un homme du GIGN a été blessé. Ses jours ne sont pas en danger.

18h10 – François Hollande s’exprimera avant 20 heures.

17h40 – Au moment de l’assaut, les deux suspects, les frères Saïd et Chérif Kouachi, sont sortis en tirant sur les forces de l’ordre.

17h25 – Un membre du GIGN a été blessé dans l’opération. Ses jours ne sont pas en danger

17h17 – L’otage est indemne

17h15 – Les deux suspects de Charlie Hebdo tués dans l’assaut à Dammartin

17h05- L’assaut a été lancé par le GIGN contre les suspects du massacre de Charlie Hebdo retranchés dans une imprimerie de Seine-et-Marne, à Dammartin-en-Goële. Des détonations et des explosions ont été entendues et de la fumée a commencé à monter depuis le site.

17h00 – Des coups de feu viennent d’être entendus à Dammartin-en-Goële, où les frères Kouachi retiennent au moins un otage. On pouvait également apercevoir de la fumée au-dessus du bâtiment.

16h30 – La mâitrise du temps
En cas de prise d’otage par des malfaiteurs aussi déterminés que les suspects du massacre de Charlie Hebdo, l’essentiel d’abord est de gagner du temps, expliquent des spécialistes.
Il faut le plus vite possible, par tout moyen, établir un contact avec les hommes armés puis commence un jeu psychologique qu’il faut faire durer même si, face à des agresseurs de cette trempe, l’issue violente faire rarement de doutes.
« La seule hypothèse dans laquelle on va intervenir sans attendre, c’est si la vie de l’otage est menacée ou les cibles tentent de fuir. Si ce n’est pas le cas, il faut tout faire pour gagner du temps », explique Thierry Orosco, ancien chef du GIGN. « Dans les cas, comme cela semble l’être ici, où la reddition semble exclue, c’est essentiel. Il faut commencer par les contacter. Le but est d’avoir le plus de temps possible pour élaborer un scénario d’intervention le plus chirurgical possible, pour minimiser les dégâts. »
16h20 – Les imams ont condamné les actes de terrorisme et multiplié les appels au calme et à l’unité républicaine vendredi lors de la prière hebdomadaire dans plusieurs mosquées de France
« Les gens qui ont lancé un assaut au nom de l’islam ne sont pas des musulmans, ne peuvent pas parler au nom des musulmans. Le prophète Mahomet n’a pas prôné la violence contre les non-musulmans. Ces gens (les dessinateurs) nous ont attaqués avec la plume, la réponse (des musulmans) doit être par la plume » a notamment déclaré l’imam Abdel Qader Achour, à la mosquée Omar de la rue Jean-Pierre Timbaud, dans le XIe arrondissement de Paris.

16h00 – Les écoles en cours d’évacuation à Dammartin-en-Goële. Les élèves seront regroupés dans le gymnase OsterMayer de Mitry-Mory pour être rendus à leurs parents. Le transport est prévu en car.

15h45 – La traque des auteurs présumés de l’attentat sanglant contre Charlie Hebdo a pris un tour dramatique en ce début d’après-midi, avec deux morts dans une fusillade avec un suspect lié aux frères Kouachi et une double prise d’otages.
Au moins cinq personnes ont été prises en otage à la mi-journée dans une épicerie juive cours de Vincennes dans l’est de Paris

14h00 – Un silence pesant, des tireurs d’élite sur les toits, des routes bouclées par les forces de l’ordre, des élèves en cours d’évacuation : la ville de Dammartin-en-Goële et sa zone industrielle vivent au ralenti depuis ce matin. Tous les habitants ont reçu pour consigne de rester confinés chez eux et de ne pas aller chercher leurs enfants à l’école dans l’attente du dénouement du siège d’une imprimerie où sont retranchés Chérif et Saïd Kouachi.

13h45 – François Hollande en action
C’est une des images fortes de la matinée. Le président de la République quittant l’Elysée pour rejoindre d’un pas décidé le ministère de l’intérieur place Beauvau. Le chef de l’Etat a décidé de superviser les opérations et l’intervention en cours.

13h30 – Prise d’otages dans une épicerie casher par un homme armé d’une kalachnikov porte de Vincennes à Paris. Une personne aurait été blessée.
Le tireur de Montrouge suspecté d’être impliqué.

13h20 – Des négociateurs ont « tenté d’établir un contact » avec les deux hommes retranchés avec un otage.

13h15 – Manuel Valls s’est rendu au siège de Libération, près de la place de la République à Paris, pour « soutenir les journalistes de Charlie Hebdo » ayant survécu à l’attentat et hébergés par le quotidien.
13h05 – Plusieurs établissements scolaires évacués sur la zone de Dammartin selon la mairie

12h40 – Le ministère de la Santé a demandé aux hôpitaux franciliens et de Picardie de se tenir prêts à déclencher le « plan blanc », alors que la prise d’otage se pousuit en Seine-et-Marne.
Le point à la mi-journée : Tireurs d’élite sur les toits, hélicoptères en vol stationnaire, salariés calfeutrés: la zone industrielle de Dammartin-en-Goële (Seine-et-Marne) où les auteurs présumés de l’attaque contre Charlie Hebdo se sont retranchés est en état de siège.
Rues désertes, rideaux de fer des commerces abaissés, accès routiers coupés par les forces de l’ordre, Dammartin, petite commune de 8.000 habitants, est une ville morte plongée dans la brume.
Les frères Saïd et Chérif Kouachi, identifiés par les autorités comme les responsables de l’attaque contre Charlie Hebdo qui a fait douze morts mercredi, à des policiers à un barrage, se sont retranchés dans les locaux d’une imprimerie où ils retiennent un otage.
Sur son site internet, la mairie appelle les habitants à rester à leur domicile. Ceux qui pouvaient être évacués l’ont été. Les enfants sont confinés dans les écoles.

12h10 – Une place de la commune de La Tremblade, près de Royan (Charente), sera baptisée samedi « Je suis Charlie ».
« Cela permettra d’inscrire cette mémoire dans le temps, et chaque année nous aurons peut-être l’occasion de fleurir la place et rappeler ce qui s’est passé » explique le maire Jean-Pierre Tallieu (UDI).

12h05 – Marine Le Pen a estimé ce matin ne pas avoir obtenu satisfaction de François Hollande sur la « marche républicaine » de dimanche, jugeant qu’il n’avait pas acté une « levée claire de l’interdiction » faite selon elle au FN d’y participer.

11h40 -les frères Kouachi auraient déclaré aux négociateurs du GIGN « vouloir mourir en martyr »

11h35 – Le suspect de la fusillade de Montrouge, près de Paris, qui a coûté la vie jeudi à une policière municipale, a été identifié et deux personnes ont été interpellées.
Selon France 2, cet hommes et les frères Kouachi soupçonnés d’être les auteurs de la tuerie de Charlie Hebdo et cernés par les forces de l’ordre en Seine-et-Marne « se connaissent ».

11h25 – RAID, GIGN : deux unites d’élite
Prises d’otages, forcenés retranchés, détournements d’avions… Depuis 40 ans, les hommes du GIGN (Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale) interviennent dans des situations extrêmes.

11h15 – Le président est arrivé à pied au ministère de l’Intérieur, situé à quelques dizaines de mères de l’Elsyée pour suivre l’opération en cours en Seine-et-Marne. « Les auteurs de ces actes ‘ndlr la tuerie de Charlie Hebdo) ne sont pas encore arrêtés » a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « nous devons tout faire pour assurer la protection de nos concitoyens ».
« Rassurer la population, c’est lui dire qu’elle vit dans un état de droit, et avec la volonté d’être ensemble, de refuser les surenchères, les stigmatisations, les caricatures les plus désolantes, et de faire que tous nos concitoyens puissent être ensemble, dans la République ».
Le point à 11h10 – La traque des frères Kouachi s’est accélérée ce matin. Des individus correspondant au signalement des auteurs présumés de la tuerie de Charlie Hebdo sont actuellement retranchés dans les locaux d’une petite entreprise de Dammartin-en-Goële en Seine-et-Marne. Ils retiendraient au moins un otage.
Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a confirmé qu’une « opération » était en cours, impliquant le GIGN. D’importants moyens sont déployés.
Quelques minutes plus tôt, un échange nourri de coups de feu avait eu lieu avec des policiers, qui avait repéré une Peugeot 206, volée à quelques kilomètres au nord, à Montagny-Sainte-Félicité (Oise), à une femme qui dit avoir reconnu les frères Kouachi.
Dammartin-en-Goële se situe à environ une demi-heure de route de la zone rurale où se concentraient depuis jeudi les recherches des forces d’élite, à quelque 80 km au nord-est de Paris, à cheval entre l’Aisne et l’Oise.

11h00 – Les quatre personnes qui ont été grièvement blessées mercredi lors de l’attaque contre Charle Hebdo sont encore en « situation d’urgence », « mais leur vie n’est plus en danger » annonce Bernard Cazeneuve.

10h55 – François Hollande se rendra dans quelques minutes au ministère de l’Intérieur, afin de « faire le point sur les opérations en cours ».

10h50- Les frères Kouachi recherchés pour l’attentat contre Charlie Hebdo sont toujours retranchés, armés, dans les locaux d’une petite entreprise du nord-est de Paris où ils retiennent une personne en otage

10h30 – On en sait un peu plus sur l’entreprise dans laquelle sont retranchés les terroristes présumés. Il s’agit de Création Tendance Découverte (CTD), une société spécialisée dans l’impression et la publicité.
La zone d’activité, située au nord de la commune, à proximité immédiate de la route nationale 2, accueille principalement des entreprises de logistique.

10h20 – Le parquet dément les informations selon lesquelles la fusillade de ce matin, survenue avant la prise d’otage, aurait fait des victimes.

10h05 – L’opération qui se déroule actuellement en Seine-et-Marne pourrait durer. La phase de négociation vient tout juste de commencer.
Les deux frères Kouachi sont retranchés dans les locaux d’une entreprise, située dans une zone artisanale. Le GIGN est sur place. Les terroristes présumés retiennent au moins un otage.

10h00 -les coups de feu tirés ce matin en Seine-et-Marne, avant la prise d’otages, auraient fait des victimes. Aucune confirmation pour le moment

09h55 – le GIGN est arrivé sur place et les négociations auraient commencé. Le journaliste confirme également le nombre d’un seul otage.

09h45 – L’opération se déroulerait dans la zone d’activité « Les Prés-Boucher » de Dammartin-en-Goële.

09h40 – Bernard Cazeneuve confirme l’opération en cours. « Elle mobilise l’ensemble des effectifs ».
Le GIGN se rend sur place.

09h37 – Après l’annonce de la fusillade et de la prise d’otage, François Hollande a écourté sa réunion à l’Elysée. Il a regagné son bureau.

09h35 – La prise d’otage aurait lieu dans une entreprise de travaux publics dans une zone artisanale. Il y aurait au moins un otage, un employé de l’entreprise.

09h30 – Après la confirmation de la prise d’otage et de la fusillade, les habitants de Dammartin-en-Goële sont invités à rester confinés chez eux.

09h20 – Une prise d’otages serait en cours dans une entreprise de Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne, à environ une demi-heure de route de la zone où les fugitifs sont recherchés depuis hier. Plusieurs hélicoptères survolent la zone.

08h40, dans l’Oise, par deux individus qui correspondraient aux signalement des frères Kouachi.

09h10 – Des coups de feu auraient été échangés ce matin à Dammartin-en-Goële, en Seine-et-Marne.

09h05 – Florian Philippot, vice-président du Front National estime que la marche républicaine en hommage à Charlie Hebdo, à laquelle le FN n’a pas été associé, serait une « marche UMPS, une marche du système » des « partis responsables » du « laxisme actuel ».

08h20 – Le FN se dit « exclu » de la marché républicaine de dimanche prochain. La polémique enfle sur les réseaux sociaux.

8h15 – Les deux auteurs présumés de l’attentat étaient bien connus des services secrets américains. Leurs noms étaient inscrits sur la « No Fly List » qui interdit à ce qui y figurent de prendre des vols à destination ou au départ des Etats-Unis. Pour en savoir plus sur Chérif et Said Kouachi.

7h30 – Depuis jeudi, les recherches des forces d’élite se concentrent dans une vaste zone rurale et boisée à quelque 80 km au nord-est de Paris, à cheval entre l’Aisne et l’Oise. Les frères Kouachi, suspectés d’être les auteurs de l’attentat à Charlie Hebdo mercredi, sont traqués par les forces de l’ordre.

L’imposant dispositif des policiers du Raid et des gendarmes du GIGN, qui ont passé au peigne fin plusieurs recoins, a été allégé durant la nuit. Mais les hélicoptères ont tournoyé encore plusieurs heures dans l’obscurité, et les membres des forces de l’ordre, armés et cagoulés, ont continué de contrôler de nombreux axes de la région.

7h- Au lendemain de la journée de deuil national, marquée par un slogan — « Je suis Charlie » — et une minute de silence qui a figé le pays jeudi midi, « les imams de toutes les mosquées de France » ont été invités par les grandes fédérations musulmanes à condamner « avec la plus grande fermeté la violence et le terrorisme » lors de la grande prière du vendredi.

6h30 – L’hommage a dépassé les frontières. A Washington, le président américain Barack Obama s’est ainsi rendu jeudi soir à l’ambassade de France pour écrire « Vive la France! » dans le livre de condoléances.

6h- Dimanche, ce sera le tour de « marches républicaines » à l’appel des principaux « partis républicains » de tous bords, de syndicats, d’associations et des grandes fédérations musulmanes. Mais « l’unité nationale » annoncée s’est fissurée, Marine Le Pen dénonçant « l’exclusion » du Front national, contre laquelle s’est également élevée l’UMP.

En direct – Cinq morts dans l’assaut donné à Vincennes L’assaut a été donné contre un supermarché casher dans l’est parisien où un homme a pris plusieurs personnes en otage. Amedy Coulibaly, le preneur d’otages, est mort. Quatre autres personnes, sans doute des otages, ont perdu la vie dans l’assaut.

endirect
17h47 – Le preneur d’otage tué est bien Amedy Coulibaly, une connaissance des frères Kouachi, suspecté d’être l’auteur de la fusillade de Montrouge hier.
17h30 – Selon les premières informations, un des preneurs d’otages a été tué, l’autre interpellé
17h20 – Plusieurs otages de la supérette ont été libérés selon une journaliste de l’AFP présente sur les lieux
17h15 – Quelques minutes après Dammartin-en-Goële, l’assaut vient également d’être donné porte de Vincennes, dans la supérette. Des coups de feu ont été entendus
16h10 – Le leader du Parti de gauche (PG) Jean-Luc Mélenchon en a appelé ce vendredi à la « fraternité républicaine » devant une situation qui « évolue dans le sens de la tragédie » avec deux prises d’otages simultanées liées au massacre de Charlie Hebdo.
15h50 – Le preneur d’otages de la porte de Vincennes aurait demandé la libération des deux frères Kouachi retranchés dans une entreprise de Seine-et-Marne depuis ce matin.
15h15 – Selon plusieurs sources, la place du Trocadéro à Paris a été évacuée. La police est sur place.
15h10 – Des témoins de la fusillade dans l’épicerie casher à Paris sont parvenus à s’échapper.
15h02 – Un responsable du syndicat UNSA police de Paris se trouve sur place. Selon lui, le preneur d’otages de Vincennes pourrait être l’homme qui a tué une policère hier à Montrouge. D’importants effectifs sont déployés sur place.
15h – Le ministère de l’Intérieur dément des informations selon lesquelles deux personnes auraient perdu la vie dans l’attaque du magasin « Hyper Cacher ».
14h57 – Le ministère de l’Intérieur demande aux badauds de ne pas gêner le travail de la police.
14h55 – Une réunion de crise aura lieu à 15h15 à l’Elysée
14h46 – Amedy Coulibaly, objet d’un appel à témoins pour la fusillade de Montrouge, pourrait être le preneur d’otages du cours de Vincennes.
14h35 – « Nous sommes face à des personnes déterminées, prêtes à tout », a expliqué un syndicat de police.
14h16 – Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, est sur place. Des policiers lourdement armés ont bouclé le quartier.
14h15 – Le périphérique a été coupé dans les deux sens au niveau de la porte de Vincennes.
14h06 – Le trafic était partiellement interrompu vendredi sur les lignes 3 (a et b) du tramway parisien, aux abords de la Porte de Vincennes, « en raison de mesure de sécurité » liée à une fusillade qui a éclaté dans ce quartier, a annoncé la RATP
14h05 – Le procureur de la République a immédiatement annoncé l’ouverture d’une enquête par la section antiterroriste du parquet de Paris. De nombreux policiers sont sur place
14h – Les élèves sont confinés dans les établissements situés aux alentours de l’épicerie casher
13h55 – Au moins 5 personnes sont retenues en otages. Il y aurait au moins un blessé.
13h45 – L’homme aurait fait irruption dans l’épicerie armé de deux fusils mitrailleurs avant d’ouvrir le feu. Selon une source proche du dossier qui s’est confiée à l’AFP, il y aurait « au moins un blessé ».
13h40 – François Hollande demande à bernard Cazeneuve de se rendre sur les lieux.

4f8b1190-9805-11e4-a9dc-4f0032e81115_1200
13h30 – Une prise d’otages serait en cours dans une épicerie casher située à proiximité de la Porte de Vincennes dans le XIIe arrondissement à Paris. Selon une source proche du dossier, le tireur de Montrouge, toujours en fuite, pourrait être impliqué.

L’écrivain Michel Houellebecq « suspend la promotion » de son roman « Soumission »

450px-2008.06.09._Michel_Houellebecq_Fot_Mariusz_Kubik_01

L’écrivain Michel Houellebecq « suspend la promotion » de son livre Soumission, annonce son agent François Samuelson, jeudi 8 janvier. L’auteur est « profondément affecté par la mort de son ami Bernard Maris » dans l’attentat contre Charlie Hebdo, a-t-il indiqué. Selon France Info, l’écrivain « quitte Paris pour une destination tenue secrète », une information que n’a pas confirmée son agent.

Dans son nouveau livre, sorti le 7 janvier, Michel Houellebecq imagine la France en 2022. Après deux quinquennats Hollande « calamiteux », le candidat du parti de la « Fraternité musulmane » s’oppose, au second tour de la présidentielle, à celle du Front nationale Marine Le Pen. Avec le soutien des traditionnels partis de gouvernement, Mohammed Ben Abbes l’emporte, sous le regard de François, prof à la Sorbonne et spécialiste de l’écrivain fin de siècle Joris-Karl Huysmans (1848-1907).

Dimanche, sur France 2, l’auteur s’est défendu de toute provocation ou satire dans son livre, tout en reconnaissant « utiliser le fait de faire peur ». « On ne sait pas bien de quoi on a peur, si c’est des identitaires ou des musulmans. Je condense une évolution à mon avis vraisemblable ».

DIRECT. « Charlie Hebdo » : neuf personnes placées en garde à vue, la traque se poursuit en Picardie

endirect

La traque se poursuit pour retrouver Chérif et Said Kouachi, 32 et 34 ans, soupçonnés d’avoir attaqué le siège de l’hebdomadaire.
L’enquête avance, jeudi 8 janvier, au lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo. Neuf personnes sont en garde à vue, annonce le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, lors d’une conférence de presse en fin d’après-midi. Jusqu’à maintenant, sept personnes de l’entourage des deux principaux suspects Chérif et Said Kouachi, étaient entendues par les policiers. La traque se poursuit également. D’abord restreint à l’Ile-de-France, le niveau « alerte attentat » du plan Vigipirate a été étendu à la Picardie, où ont été repérés les deux hommes.

• Neuf personnes ont été placées en garde à vue. Et 90 témoins ont été entendus, a précisé le ministre de l’Intérieur. La veille, un homme s’est rendu à la police de Charleville-Mézières (Ardennes) « après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux ». L’AFP a annoncé qu’il s’agissait du plus jeune des trois hommes recherchés. Mais des doutes subsistent sur l’implication de ce lycéen de 18 ans, Mourad Hamyd.

• Chérif et Said Kouachi, 32 et 34 ans, ont été repérés jeudi matin dans l’Aisne, par le gérant d’une station-essence à proximité de Villers-Cotterêt,, alors qu’ils étaient à bord d’une Clio grise et porteurs d’armes de guerre. Les enquêteurs ont annoncé avoir retrouvé une dizaine de cocktails Molotov et deux drapeaux jihadistes dans la voiture abandonnée à Paris mercredi par les auteurs de l’attaque.

• François Hollande a décrété une journée de deuil national ce jeudi, une décision très rare. Une minute de silence a été observée à midi dans les écoles et les services publics. Au même moment, dans d’autres pays, des milliers de personnes ont également observé un moment de recueillement.

• Une « marche républicaine » est programmée à Paris, dimanche, rassemblant tous les partis du Front de gauche à l’UMP. Mais le Front national est pour l’heure écarté du défilé, « une manœuvre politicienne minable », dénonce sa présidente, Marine Le Pen.

Retrouvez ici l’intégralité de notre live

21h43 : Importants mouvements policiers, encore ce soir.

21h43 : Une colonne de véhicules remplie d’hommes du GIPN et un camion de la BRI, dans l’un des deux villages investis.

21h43 : L’opération policière dans l’Aisne est toujours en cours.

21h32 : Pour elle c’est un « 11-Septembre », un événement « vraiment symbolique », on « s’en prend à la démocratie ».

21h24 : « Parce que le crayon sera toujours au-dessus de la barbarie, nous sortirons votre journal mercredi prochain », affiche le site internet du journal, promettant un « journal de survivants ».

21h20 : les choses sont un peu plus compliquées que cela. Comme le raconte Le Monde.fr, le suspect au scooter dont vous parlez n’a été signalé que par un seul témoin aux enquêteurs. Nous n’avons pas plus d’informations pour le moment. Prudence donc.

21h19 : Bonsoir. Pourquoi les médias ont-ils totalement occulté le troisième assassin, qui serait reparti seul sur un scooter suite à l’attentat ?

21h15 : L’un des frères Kouachi avait été condamné pour son implication dans la filière des Buttes-Chaumont.

21h06 : Jean-Michel et Alain ont écrit sur le sol, ils craignent que quelque chose soit « cassé »

21h06 : Place de la République, des manifestants ont écrit « je suis Charlie » sur le sol.

20h53 : L’urgentiste Patrick Pelloux est chroniqueur à Charlie Hebdo. Absent lors de la fusillade.

EN DIRECT. « Charlie Hebdo »: confusion autour de l’opération de police à Reims Une opération de police d’envergure est en cours à Reims, dans la Marne. Mais l’intervention serait une perquisition et non un assaut.

endirect

01 h 35. La police scientifique inspecte l’appartement de Reims.

01 h 19. Pour rappel : selon nos informations, parmi les suspects on compte deux frères connus des services de police – l’un comme l’autre étaient fichés à la Direction Générale du Renseignement Intérieur (DGSI) ainsi qu’à la direction du Renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP). Saïd et Cherif Kouachi âgés respectivement de 32 et 34 ans, ont été confondu par la carte d’identité retrouvée par les enquêteurs dans la Citroën C3 abandonnée dans leur fuite près de la Porte de Pantin. Une image des fugitifs saisie par les caméras de sécurité de la ville de Pantin a permis de compléter le portrait-robot dressé à partir du témoignage de l’automobiliste qui s’était fait extirper de sa voiture par le commando. Un troisième homme, Hamyd Mourad, est recherché pour assassinat. Ce SDF de 18 ans aurait participé à la logistique de cette équipée sanglante.Né à Paris, dans le 10ème arrondissement, les frères Kouachi ont « un profil de petits voyous qui se sont radicalisés », indique une source policière. Le plus jeune des deux, Cherif, avait écopé en 2008 de trois ans d’emprisonnement, dont 18 mois avec sursis, pour avoir participé à une filière d’acheminement de djihadistes français vers l’Irak. La « filière des buttes Chaumont » avait été démantelée trois ans auparavant. Elle était composée d’une dizaine de jeunes parisiens qui, pour certains, avaient reconnu en garde à vue avoir fomenté des projets d’attentats. Cherif Kouachi, à l’époque livreur de pizza, avait été interpellé alors qu’il s’apprêtait à partir faire le djihad. Depuis, les deux frères avaient tout fait pour se faire oublier des services de renseignement.

« Charlie Hebdo » : le plus jeune des trois hommes recherchés s’est rendu à la police

endirect5390713
L’un des trois hommes recherchés après l’attaque de « Charlie Hebdo » s’est rendu au commissariat de Charleville-Mézières (Ardennes), annonce l’AFP, jeudi 8 janvier, citant des sources concordantes. Il s’agirait du plus jeune, Hamyd M, âgé de 18 ans.
« Après avoir vu son nom sur les réseaux sociaux »
Soupçonné d’avoir aidé les deux tireurs, il s’est rendu « vers 23 heures après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux », a expliqué à l’AFP une source proche du dossier. « Il a été interpellé et placé en garde à vue », a confirmé une autre source proche du dossier, affirmant aussi que « plusieurs gardes à vue » étaient en cours « dans l’entourage » des deux frères recherchés dans cette affaire, Chérif et Saïd Kouachi.
Ces personnes sont « susceptibles d’être armées et dangereuses », prévient la préfecture de police de Paris qui a publié dans la nuit un avis de recherche accompagné de leurs photos, précisant qu’ils « font l’objet de mandats de recherche ». « Toute personne détenant des informations » sur les suspects est invitée à joindre le numéro vert 0805 02 17 17.