Un magazine proposé par la Direction de l’Information
Présenté par Harry Roselmack

Au sommaire de « SEPT A HUIT » ce dimanche :
NUMEROS DE CHARME
Elles ont été sélectionnées sur des critères artistiques et anatomiques très stricts. Elles portent des noms improbables : Loa Vahiné, Loulou Champagne ou Eni Gmatik. Elles pointent comme à l’usine, répètent quotidiennement et se soumettent à un contrôle très strict de leur poids. Le prix à payer pour transformer ces jeunes femmes en femmes fatales.
Dans le sillage des danseuses du « Crazy Horse », Emmanuel Reitz et Christophe Busche racontent l’un des cabarets les plus populaires du monde, qui fête ses 60 ans cette année.

RESTOS CLANDESTINS
Une fois par mois, Cathy entasse dans son studio une dizaine de convives à qui elle sert à dîner pour 20 euros. Claude, elle, organise des déjeuners gastronomiques pour les touristes dans son loft parisien. Prix : 60 euros par tête. En France, 150 particuliers transforment ainsi leur intérieur en salle de restaurant par amour de la cuisine ou pour joindre les deux bouts… Une activité non-déclarée et clandestine. Paul Labrosse et Vincent Delmotte sont allés à la rencontre de ces Français qui, le temps d’un repas, s’improvisent restaurateurs.

LA GIFLE
C’est une simple gifle, devenue l’enjeu d’un débat très symbolique. En août 2010, Maurice Boisart, retraité de 62 ans et maire de Cousolre, dans le Nord, gifle un adolescent de 16 ans : le jeune Pierre venait d’escalader un grillage pour récupérer un ballon de foot tombé sur un terrain de la commune.
Le maire parle de légitime défense face à des insultes et des menaces, de manque de respect par un adolescent rebelle. Pour ses concitoyens et de nombreux maires, l’élu a eu raison de se défendre.
Mais la justice estime sa réaction disproportionnée : le 17 Février, il a été reconnu coupable de  violences par personne dépositaire de l’autorité publique. Antoine Gaveau et Edouard Bristch ont passé la semaine dans un village désormais au centre de tous les regards, avec le maire bien décidé à faire appel mais aussi avec le  père de l’adolescent qui, pour la première fois,  s’explique longuement.

MINI-MOLLAHS
A 7 ans, elle prêche déjà dans les mosquées. Attiyeh est une « mini-mollah », comme des dizaines d’autres petits Iraniens. Ces enfants, vivement encouragés par le régime du Président Ahmadinejad, apprennent le Coran par coeur et se produisent devant des centaines de fidèles à travers le pays. Grâce à ses prêches, Attiyeh a décroché une bourse pour étudier dans une école religieuse. Mieux encore, ses prestations rémunérées permettent à ses parents d’arrondir leurs fins de mois. Un document de Pascale Bourgaud et Edouard Britsch sur cette petite fille en passe de devenir une star locale.

LA FOLIE DES BETES
Vanille saigne du nez. Babareth est léthargique. Titus peine à se déplacer. Tous sont soignés dans une des plus grandes cliniques vétérinaires de France, en région parisienne. Une trentaine de spécialistes y officie sept jours sur sept : cardiologues, ophtalmos, dermatos ou chirurgiens. Pour consulter ces sommités, certains maîtres sont prêts à parcourir des centaines de kilomètres. Hydrothérapie pour chien, massage aux huiles essentielles pour chat, IRM pour rat domestique… Delphine Kluzek, Jérôme Alexandre et Jean-Pierre Wurtz ont plongé dans cet univers où rien n’est trop beau pour la santé et le confort des animaux de compagnie.

TRES CHERES ETUDES
C’est l’une des écoles les plus chères au monde : 85.000 € par an. Le pensionnat de Beausoleil en Suisse accueille les fils et filles d’industriels, de financiers, et d’aristocrates. Piscine chauffée, salle de fitness,  studios de musique… les élèves disposent même d’un restaurant d’altitude privé sur les pistes de la station de ski voisine. Une jeunesse dorée venue du monde entier qui doit aussi se plier à une discipline stricte. Un reportage de Mallory Ahounou, Matthieu Lepine et Pierre Dehoorn.

L’AMOUREUSE
Maguy, 80 ans, n’aurait jamais pensé retrouver l’amour à son âge, et pourtant ! Le 22 octobre dernier, Roger,  81 ans, lui a passé la bague au doigt. Alors qu’elle redoutait de finir sa vie seule, cette veuve raconte comment cette relation lui a permis de retrouver la joie de vivre et une seconde jeunesse. Une relation nouée un peu par hasard sur internet : Maguy cherchait à partager sa passion des jeux de cartes sur un site de rencontres, et elle a fait la connaissance de Roger. Son premier rendez-vous  » en vrai  » avec le futur homme de sa vie l’a tellement bouleversée qu’elle en a fait une crise cardiaque, heureusement sans gravité ! Dans son entretien avec Thierry Demaizière, Maguy, la  » jeune  » mariée, invite tous les célibataires, quel que soit leur âge, à faire comme elle