Le dimanche 18 mars 2012 à 16h20
Grandeurs nature :
Dimanche à la ferme
Produit par Boréales
Réalisés par Emma Baus et Pascal Plisson
Avec la complicité de Jean-Philippe Varin
Durée : 2 x 52’
Première partie
Jean-Philippe Varin s’est intéressé aux animaux sauvages toute sa vie. Décoder leur
langage et communiquer avec eux, voilà à quoi il consacre son temps, depuis 40
ans. Après avoir utilisé son expérience du comportement animal pour faire jouer les
bêtes au cinéma et à la télévision il a accepté de s’intéresser pour nous aux animaux
de nos campagnes.
Ils nous paraissent si familiers que nous avons oublié qu’ils étaient sauvages eux
aussi il y a bien longtemps. Mais comment ont-ils été domestiqués et comment les
fermiers nouent-ils avec eux des liens privilégiés?
De la Sologne à la Camargue en passant par la Drôme, Jean-Philippe nous invite à
un voyage unique au coeur des fermes, à la rencontre des vaches Salers et
Camarguaises, des chevaux Percherons, des brebis, de la basse cour, et de bien
d’autres animaux étonnants.
Deuxième partie
De nos jours, la plupart des animaux domestiques sont élevés de façon intensive,
hors de la nature, déconnectés de leur milieu. Mais certains fermiers recréent malgré
tout un équilibre ancestral : ils élèvent les animaux dans leur environnement naturel.
De la Creuse à la Sologne en passant par la Drôme, Jean-Philippe nous invite à un
voyage unique au coeur des fermes, à la rencontre de ces éleveurs qui répondent
aux besoins de leurs bêtes en respectant les équilibres de la nature.

Concept
Si pour l’homme l’animal est affaire de conquête et d’exploitation, il demeure avant
tout un objet de fascination qui nourrit notre imaginaire depuis la nuit des temps. Ces
étrangers devenus familiers, animaux domestiques et sauvages de nos campagnes
racontent, à celui qui sait l’entendre, une histoire fabuleuse.
Ces 2 épisodes de 52 minutes, sont une invitation à un voyage unique au coeur des
fermes, des élevages et du monde sauvage qui les entoure. Des lieux si commun à
première vue qui, quand on les regarde de plus près, se révèlent être des univers
complexes où le miracle de la vie se répète à chaque saison.
Riche d’une expérience animalière sans pareille, Jean-Philippe Varin se fait le
complice du téléspectateur, partageant avec lui un savoir ancestral et ses
connaissances scientifiques. Par amour des animaux, il leur a consacré toute sa vie.
Bricoleur de génie, dresseur de mouches comme de lions, il renifle et sent les bêtes
mieux que quiconque. A chaque fois que la pub ou le cinéma a besoin d’une
séquence animalière, on fait appel à lui. Sans jamais utiliser la force il s’est fait
apprivoiser par ses animaux dès les premiers biberons ou les premières béquées.
Ici, les rencontres avec les animaux et leurs éleveurs seront l’occasion pour Jean-
Philippe d’analyser l’univers qui l’entoure, aussi bien sauvage que domestique, pour
en révéler toute la richesse mais aussi les nombreux enjeux : spécificité
environnementale des écosystèmes, anecdotes ludiques et très concrètes sur la vie
des animaux, origine préhistorique et décryptage de la domestication, participation
sur le terrain et découverte du travail des éleveurs.
Une ferme est un monde d’équilibre où se mêlent production et opportunisme. À la
frontière de ces deux univers, il s’agit de décoder les enjeux pour le fermier comme
pour les animaux afin d’assurer l’avenir de chacun, donnant à Jean-Philippe
l’occasion de révéler le monde méconnu de l’animal de proximité. Chaque séquence
offre une expérience où Jean-Philippe aura l’occasion de s’exprimer par l’émotion,
laissant une large place à la surprise de la rencontre, sans être jamais donneur de
leçon ni dans une posture d’intervieweur avec ses interlocuteurs fermiers.

Jean Philippe Varin
Sans connaître son nom, des millions d’enfants et d’adultes sont tombés amoureux
de ses animaux, comme par exemple la chouette d’Harry Potter.
Jean-Philippe Varin est le principal pourvoyeur de scènes animalières au cinéma et
pour la publicité. Le monde sauvage, qu’il décrypte mieux que quiconque, excite
encore toute sa curiosité. S’il avait voulu empiler les diplômes, il aurait poursuivi ses
études de sciences à la fac de Clermont-Ferrand. Mais dans les années 60, en
zoologie, on enseignait surtout l’anatomie du bec, corné ou lamellé, la
classification…
« Jamais on n’apprenait que l’alouette marche un pied devant l’autre, que la
bergeronnette fait la même chose mais en bougeant la queue, tandis que le moineau
saute ».
Ce que Jean-Philippe aimait, c’était dormir dehors, quatre nuit sur sept au moins, et
d’allumer son magnéto. Ce qu’il aimait, c’était « sentir la bête » et par-dessus tout
prendre des photos d’animaux en France ou au Kenya.
Ce programme en deux épisodes est pour lui l’occasion de s’impliquer dans un projet
pédagogique et ludique, dans lequel il va transmettre son savoir de manière
abordable et amusante, et nous ouvre les portes d’un royaume secret et fabuleux.
« Les animaux… c’est l’aventure de ma vie … toute ma passion. Pour eux j’ai tout
donné, parcouru la terre entière, réalisé les rêves de cinéma les plus fous, pour les
plus grands, cherchant chaque fois à repousser les limites de ce qu’un animal peut
donner… et je dois dire qu’ils me surprennent encore aujourd’hui. Nous partageons
le même monde depuis la nuit des temps et si j’entreprends ce voyage aujourd’hui
c’est pour ne pas oublier ce lien sacré qui nous unit. Cette aventure commence au
bout du chemin, au coeur des fermes et élevages de notre terroir, l’occasion aussi de
découvrir des lieux insolites dont j’ai le secret. » Jean-Philippe Varin.

Publicités