FAITS_DIVERS

Un homme est mort victime de tirs alors qu’il conduisait son véhicule, lundi 14 avril, à à Sartène (Corse-du-Sud). Selon les services de coordination de la préfecture, il s’agit de Georges Moretti, un ancien militant nationaliste corse âgé de 58 ans. D’après les premiers éléments de l’enquête, il conduisait seul son 4X4 sur la route de Serraggia quand il a été atteint par plusieurs projectiles, à la tête notamment.

Il s’agit du cinquième homicide recensé sur l’île depuis le début de l’année. Il est survenu alors que Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation, donnait une conférence de presse à Ajaccio, dans le cadre d’une visite de deux jours.

Début avril, un homme avait été blessé par balles alors qu’il garait sa voiture dans le centre de Sartène. Les auteurs des tirs s’étaient enfuis, et une voiture calcinée avait été découverte peu après, avec une arme à l’intérieur, dans les environs de la ville. Sartène a été le théâtre de règlements de comptes entre groupes rivaux ces dernières années.

Georges Moretti était une personnalité connue à Sartène. Il était aussi une figure locale des mouvements indépendantistes. Il avait été condamné dans l’affaire de la prison d’Ajaccio de 1984. Un commando du Front de libération nationale corse (FLNC) avait été arrêté en flagrant délit d’assassinat « en représailles » de la mort du militant Guy Orsoni, tué par des hommes soupçonnés d’appartenir au grand banditisme. Condamné à cinq ans d’emprisonnement dans ce dossier pour « avoir fait le guet » selon une source judiciaire, Georges Moretti avait rejoint par la suite le Mouvement pour l’autodétermination (MPA).

L’un de ses fils, Anthony Moretti, a échappé à une tentative d’assassinat à Sartène en juin dernier. Il a été mis en examen et écroué avec son frère Jean-Baptiste en janvier dans le cadre de deux affaires criminelles instruites à la juridiction interrégionale spécialisée de Marseille.